Accueil A la Une Le Sénégal se dote d’un nouveau gouvernement de 39 membres

Le Sénégal se dote d’un nouveau gouvernement de 39 membres

159
0
Partagez

Suite aux élections législatives du 30 juillet dernier, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a dévoilé jeudi 7 septembre le nouveau gouvernement à la tête du Sénégal. Une équipe ministérielle modifiée, mais qui s’inscrit surtout dans la continuité. La cérémonie d’ouverture solennelle de la session parlementaire se tiendra le 14 septembre prochain.

24 heures après avoir été reconduit, Mahammed Boun Abdallah Dionne, Premier ministre du Sénégal, a annoncé le 7 septembre, la composition du nouveau gouvernement. Composé de 39 membres en tout, il reste en continuité avec le gouvernement précédent puisque la majorité des ministres en poste depuis 2014 demeure. Plusieurs modifications ont malgré tout été apportées dans la composition de l’équipe ministérielle.

Changements et nouveaux objectifs

Parmi les annonces faites, le Premier ministre a notamment évoqué le souhait de Macky Sall de « mettre en place un ministère dédié à l’emploi » et dont l’objectif serait de fournir du travail à la jeunesse sénégalaise. Un grand département ministériel est dédié aux secteurs des Mines, de l’Industrie, du Tourisme, du Pétrole et des Énergies, « afin de préparer le Sénégal de demain, qui s’annonce dès 2021 avec les premières exportations de gaz ».

Ce gouvernement voit l’arrivée de huit nouveaux ministres et le départ du même nombre. Deux départs importants sont notables : Awa Marie Coll Seck au ministère de la Santé et Mankeur Ndiaye au ministère des Affaires étrangères, tous deux en poste depuis cinq ans. Autres départs : Viviane Bampassy (Fonction publique), Mansour Sy (Travail), Khadim Diop (Intégration africaine), ainsi que les secrétaires d’Etat Youssou Touré (Alphabétisation) et Yakham Mbaye (Communication) Diène Faye(Hydraulique rurale). Abdoulaye Daouda Diallo, critiqué pour avoir raté l’organisation des législatives, passe du ministère de l’Intérieur aux Infrastructures tandis que Sidiki Kaba quitte la Justice et prend les rênes des Affaires étrangères. Cheikh Kanté quitte la direction du port autonome de Dakar pour devenir ministre en charge du PSE (Plan Sénégal Emergent). Dix-huit ministres conservent néanmoins leur portefeuille.

Autre changement : même si l’on est encore bien loin de la parité, le gouvernement s’améliore très légèrement sur la question puisque 8 femmes comptent désormais parmi l’équipe exécutive (contre 6 auparavant). Le nouveau gouvernement mettra l’accent également sur la protection de l’enfant ainsi que sur le financement des activités des femmes à travers le ministère de la microfinance et de l’économie solidaire.

De nombreuses critiques

A l’annonce de la formation du gouvernement, les critiques n’ont pas tardé. Ce « gouvernement bis », copie très proche du précédent, est loin de faire l’unanimité. De nombreux Sénégalais s’interrogent sur l’intérêt d’un remaniement ministériel si au final, la majorité des ministres en poste depuis 2014 restent au pouvoir. Les réactions n’ont pas manqué non plus du côté de l’opposition. A l’instar de Babacar Gaye, le porte-parole du PDS (parti démocratique sénégalais, de l’ancien président Wade) qui estime que Macky Sall cherche surtout à faire diversion avec ce nouveau gouvernement, comme le rapporte RFI.

Même son de cloche pour Barthélémy Dias, proche de Khalifa Sall, maire de Dakar, emprisonné depuis 6 mois, pour qui ce gouvernement n’a qu’un objectif : permettre la réélection en 2019 de Macky Sall. « Nous n’attendons absolument rien de ce gouvernement. C’est un gouvernement, aujourd’hui, de copains, d’incompétents, d’incapables, au service d’un homme, d’un parti, d’un pouvoir. Macky Sall n’a qu’un seul objectif, c’est de se battre pour un second mandat. Macky Sall s’en tamponne royalement du devenir du peuple sénégalais ! », a-t-il estimé.

 

Composition du Gouvernement Dionne 2 :

(35 ministres et 4 ministres délégués)

-Augustin Tine (Forces armées)

-Sidiki Kaba (Affaires étrangères et Sénégalais de l’extérieur)

-Aly Ngouille Ndiaye (Intérieur)

-Ismaïla Madior Fall (Justice) – entrée

-Abdoulaye Daouda Diallo (Infrastructures, Transports terrestres)

-Amadou Bâ (Economie, Finances et Plan)

-Mansour Faye (Hydraulique et Assainissement)

-Diene Farba Sarr (Renouveau urbain, Habitat et Cadre de vie)

-Mariama Sarr (Fonction publique, rationalisation des effectifs et Renouveau du service public)

-Papa Abdoulaye Seck (Agriculture et Equipement rural)

– Mansour Elimane Kane (Pétrole et Energies)

-Abdoulaye Diouf Sarr (Santé et Action sociale)

-Ndèye Sali Diop Dieng (Femme, Famille et Genre) – Entrée

-Sérigne Mbaye Thiam (Education nationale)

-Mary Teuw Niane (Enseignement supérieur, Recherche et Innovation)

-Alioune Sarr (Commerce, Consommation, Secteur informel et PME)

-Aminata Mbengue Ndiaye (Elevage et productions animales)

-Mamadou Talla (Formation professionnelle, Apprentissage et Artisanat)

-Omar Guèye (Pêche et Economie maritime)

-Yaya Abdoul Kane (Gouvernance territoriale, Développement et Aménagement du Territoire)

-Moustapha Diop (Industrie et Petite et Moyenne industrie)

-Mbagnick Ndiaye (Intégration africaine, NEPAD et Francophonie)

-Matar Bâ (Sports)

– Samba Sy (Travail, Dialogue social, Organisations professionnelles et Relations avec Institutions) – Entrée

-Abdou Latif Coulibaly (Culture)

-Khoudia Mbaye (Promotion des investissements, des Partenariats et Développement des téléservices de l’Etat)

-Abdoulaye Bibi Baldé (Communication, Télécommunications, Postes et Economie numérique)

-Maimouna Ndoye Seck (Transports aériens et Développement des infrastructures)

-Mame Mbaye Niang (Tourisme)

– Aïssatou Sophie Gladima (Mines et Géologie) – Entrée

-Mame Thierno Dieng (Environnement et Développement durable) – Entrée

– Pape Gorgui Ndong (Jeunesse, Construction citoyenne, Promotion du volontariat)

-Aminata Angélique Manga (Economie solidaire et Microfinance) – Entrée

– Abdoulaye Diop (Emploi, Insertion professionnelle et intensification de la main d’oeuvre) – Entrée

-Ndeye Ramatoulaye Guèye Diop (Bonne gouvernance et Protection de l’Enfance) – Entrée

-Souleymane Jules Diop (Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du suivi du PUDC)

-Birima Mangara (Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, chargé du Budget)

-Abdou Ndéné Sall (Ministre délégué auprès du Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement chargé du développement du réseau ferroviaire)

-Moustapha Lô Diatta (Ministre délégué auprès du Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural chargé de l’accompagnement et de la mutualisation des organisations paysannes.

Source : APS

 

 

 

Laisser un commentaire