Accueil TOURISME SENEGAL Casamance Tourisme en Casamance : l’espoir renaît auprès des acteurs du secteur

Tourisme en Casamance : l’espoir renaît auprès des acteurs du secteur

354
0
Partagez

Retiré par la France de la liste rouge des zones touristiques à éviter depuis octobre 2016, la région de la Casamance connaît à nouveau un véritable intérêt de la part des touristes. Entre curiosité et nostalgie, ils sont nombreux à emprunter l’Aline Sitoé Diatta, le bateau qui les emmènera à la découverte de l’une des plus belles régions du Sénégal.

Appelée également pays « Flup », du nom du royaume Diola qui abritait autrefois cette région, la Casamance est l’une des 14 régions du Sénégal dotée d’attraits touristiques les plus magnifiques du pays, mais aussi très attachants. Après 25 ans, la France a levé son avertissement aux voyageurs, et pour cette année 2017, les « clignotants » sont au vert, et devraient permettre une meilleure activité touristique. C’est du moins le souhait de Georges, guide touristique à la cité balnéaire de Cap Skirring.

« Les choses commencent à s’améliorer, c’est vrai que ce n’est pas encore le grand retour, mais il y a de plus en plus de mouvements. Et c’est une bonne chose pour nous. Notre souhait est que l’Etat nous accompagne à promouvoir davantage la destination à l’extérieur. Que les gens sachent que la Casamance est une destination idéale pour le tourisme »,

confie-t-il.

Une famille de touristes en vacances en Casamance. Photo Jumia Travel

Toutefois, même si l’espoir renaît auprès des acteurs touristiques et que l’on commence à ressentir une amélioration auprès des établissements hôteliers, que ce soit à Ziguinchor, au Cap Skirring ou dans les nombreux autres sites de cette région, de nombreux défis demeurent. « Nous devons aujourd’hui mettre les bouchées doubles pour relancer cette destination. La région est certes riche en attraits touristiques, mais il y a beaucoup de manquement, notamment au niveau des infrastructures. Nous devons être prêts pour le grand retour, car cela ne saurait tarder », indique Ismael cabral Kambell, de la plateforme de voyage et hôtelière africaine Jumia Travel. Il insiste également sur le développement des offres destinées à une cible locale. « Nous devons travailler également à ce que les Sénégalais, notamment les gens de Dakar et les autres villes du pays visitent cette région. Il nous faut une politique destinée à nous-même Sénégalais, car il y a beaucoup de choses à découvrir ici. S’il y a davantage de visiteurs locaux, cela permettra également d’attirer ceux qui viennent d’autres pays ».

La découverte d’un autre Sénégal

Au-delà de l’aspect moderne qu’offre Ziguinchor,  la Capital de la Casamance, cette région est surtout marquée par son attachement à ses généreuses valeurs traditionnelles. Voyager en Casamance, c’est aller à la découverte des traditions africaines. Malgré les époques, l’influence de la colonisation et de la modernisation, l’invocation seule du nom Casamance vous plonge dans une mosaïque d’ethnies, de traditions, de religions. Cette région étonne par la vivacité de ses traditions et la richesse de ses cultures, facilitant ainsi les rencontres humaines. Au passage, vous ferez la connaissance des peuples Joola, Balantes, Mandjak, ManKangne, Baînounks, etc… La Casamance constitue une terre de transition entre l’Afrique sahélienne et l’Afrique forestière. Océan, fleuve, mangroves, palmeraies et massifs forestiers se côtoient et sont à l’origine d’écosystèmes d’une richesse exceptionnelle. Cette abondance dans un milieu naturel préservé offre de multiples possibilités de découverte et garantie aux visiteurs un dépaysement absolu au cœur d’une nature envoûtante.

Un article proposé par Marie Joseph / Jumia Travel

Laisser un commentaire