Accueil A la Une Le Sénégal en deuil après le décès de France Gall

Le Sénégal en deuil après le décès de France Gall

430
0
Partagez

La France pleure son icône des années 60. France Gall est décédée ce dimanche 7 janvier à l’hôpital américain de Neuilly sur Seine, des suites d’une récidive d’un cancer du sein contre lequel elle se battait depuis 2 ans. L’interprète de nombreux tubes avait 70 ans. Personnalité reconnue en Europe, l’artiste était aussi célèbre au Sénégal, où elle s’était exilée. Le pays est en deuil.

©Libération

Depuis sa découverte en 1968 lors de vacances, le Sénégal était devenu sa seconde maison. Tombé sous son charme, le couple Berger-Gall achète une ferme sur l’île de NGor. La chanteuse y résidait une partie de l’année depuis qu’elle était venue trouver refuge dans la capitale sénégalaise après la mort de son mari Michel Berger, en 1992, puis celle de sa fille Pauline en 1997. France Gall était aussi la propriétaire d’une crêperie, le Noflaye Beach, située sur la corniche des Almadies.

Un véritable lien unissait l’artiste à l’Afrique, et plus particulièrement au Sénégal, sans qu’elle ne puisse se l’expliquer : « Je n’ai jamais compris pourquoi j’étais attirée par le Sénégal » avait-elle déclaré.

Le Sénégal, son havre de paix

Son cabanon-crêperie est resté fermé ce dimanche. Très affecté, Mamadou Ndoye, le gérant, a décidé de baisser les rideaux pour deux jours. « On a perdu quelqu’un qui avait un cœur extraordinaire. On est très triste».

La chanteuse était très appréciée dans le pays de son cœur. « France Gall, c’est une amie, c’est la famille. Ça fait 30 ans qu’on l’a connait : elle prenait les pirogues pour traverser ou se promener en mer. Elle était très gentille », se souvient Kossa, piroguier d’Ngor, au micro de TV5MONDE. Tous saluent sa gentillesse et sa curiosité vis-à-vis des autres : « Elle était d’une générosité extraordinaire et très discrète. C’était la première à participer pour faire avancer l’île et pour participer aux actions caritatives », raconte Abdoulaye Diallo, artiste-peintre qui tient une galerie d’art sur l’île.

Une artiste engagée

Très impliquée dans la vie dakaroise, l’icône des yéyés œuvrait notamment auprès d’associations locales comme le Samu Social Sénégal. Des habitants racontent à France Info TV que la chanteuse payait pour la scolarité de leurs enfants. Avec son mari, ils avaient aussi construit une école sur l’île. Pour l’artiste Youssou N’Dour, elle était devenue sénégalaise : “Elle fait partie vraiment des gens de Dakar, a-t-il déclaré au Parisien.

“Son amour pour le pays est indéniable. C’était une Sénégalaise. Elle était toujours très vivante, et toujours en contact avec les gens. Aujourd’hui, nous sommes tous très tristes. »

Signe de son adoption par les Sénégalais, le site Dakaractu titrait : “France Gall, la Française la plus sénégalaise est décédée

L’une de ses chansons les plus connues au Sénégal reste “Babacar”, sortie en avril 1987. Celle-ci raconte une histoire vécue par France Gall : la rencontre avec une mère sénégalaise sans ressources et dans la détresse qui voulait lui confier son fils afin qu’il puisse échapper à la pauvreté. Le titre témoigne de son engagement. « Les Sénégalais ont été très marqués par cette chanson, qui est leur préférée. C’est un hommage à son engagement envers les jeunes », poursuit Youssou N’Dour. « Avec cette chanson, elle a élevé les consciences et l’engouement a été énorme. France est une sœur pour nous, il faut saluer sa mémoire.»

En 1985, le couple Berger-Gall avait lancé avec Richard Berry et Daniel Balavoine, Actions Ecoles, une opération humanitaire pour l’Afrique.

Le président français, Emmanuel Macron, a présenté dimanche ses condoléances à la famille de la chanteuse, ainsi qu’aux habitants de Ngor.

©Le Parisien

Laisser un commentaire