Accueil ARTS ET CULTURE 4eme édition du festival Afrikabok dans le Siné Saloum du 3 au...

4eme édition du festival Afrikabok dans le Siné Saloum du 3 au 18 nov 2017

110
0
Partagez

Pour sa 4eme année dans le Siné Saloum, et sa 9eme édition dans le cadre du festival “Le long du fleuve”, le festival de cinéma itinérant Afrikabok plantera son écran gonflable dans dix villages de la région. Tous les soirs du 3 au 18 novembre 2017, des films seront projetés en plein air afin de divertir et favoriser l’accès à la culture, mais aussi dans le but de sensibiliser sur des problématiques sanitaires ou encore sur la question du droit à la nationalité. Une belle initiative, devenue un RDV très attendu par les populations.

De Sokone à Fimela, cette 4eme édition sillonnera cette année encore dix villes et villages du Siné Saloum. La caravane ambulante d’Afrikabok promet cette année encore un beau programme, proposant à ces habitants des projections de films du 3 au 18 novembre 2017.

Un festival itinérant pour divertir et sensibiliser

Organisé par l’association Afrikabok Sénégal, spécialisée dans le cinéma en plein air depuis 2002, le festival itinérant Afrikabok célèbre sa 9eme année d’existence dans le cadre du festival « le Long du fleuve » et pour la 4eme fois, il plante sa caravane dans la région du Siné Saloum. Le but de ce festival ? « Eveiller et responsabiliser les populations en leur donnant accès à la culture mais aussi en les sensibilisant sur des questions sociales et sanitaires » explique Bruno Ventura, l’énergique président de l’Afrikabok Sénégal. Pendant un peu plus de 2 semaines, l’équipe de cinq personnes qui compose l’association va donc parcourir avec son projecteur et son écran géant la région afin de diffuser des films, documentaire et courts-métrages.

Tous les soirs la même musique se répétera. La soirée débute à 19heures avec la projection de films pour enfants (dessins animés, films d’animation,…). A 20h30, le programme santé/société démarre : des petits films portant sur des questions sanitaires sont alors diffusés. « Cette année, nous allons parler de la tuberculose. Pour chaque édition, le sujet traité change : nous avons déjà abordé le diabète, le SIDA,… mais à chaque fois, c’est toujours un sujet ancré dans le réel », détaille le président de l’association. La projection donne ensuite lieu à une causerie, un débat, encadré par un animateur (s’exprimant en langue locale), assisté d’un médecin. Autre thème abordé lors de ce moment discussion : la question du droit à la nationalité et à la fin de l’apatridie. « Depuis trois ans, nous travaillons avec le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR). De nombreuses personnes ici au Sénégal ne sont pas déclarées : sans existence légale, elles ne peuvent pas ensuite être bien soignées, passer leur permis, voyager,… » note encore Bruno Ventura. Un animateur briefé par le HCR auparavant intervient sur le sujet, accompagné d’une personne de l’état civil.  « Par ce biais, c’est l’occasion de mobiliser les populations, de les impliquer » relève-t-il.

Puis en deuxième partie de soirée, le court-métrage de Maïmouna Doucouré, « Maman(s) » (prix du meilleur court-métrage aux Césars 2017) ainsi que le documentaire « Life Saaraba Illegal » de Saliou Sarr et Peter Heller (tourné sur l’île de Niodor), clôturent finalement ces soirées très riches.

Un évènement très attendu

Devenu un Rdv très attendu par les populations, le festival réuni environ 30 000 personnes. L’occasion pour ces dernières, bien souvent privées d’accès à la culture et surtout au cinéma, de bénéficier d’un moment de divertissement qui invite à la découverte, à la joie et au rire mais aussi à la réflexion. Afrikobok est une fenêtre sur le monde mais souhaite aussi mettre en valeur les richesses culturelles locales et valoriser ce patrimoine en célébrant les traditions. C’est dans cette optique que des films  documentaires sur des représentants  de la  culture  sérère seront également projetés.

« Nous sommes très sollicités par les maires de villages et de villes mais faute de moyens, nous avons du limiter nos escales à dix villages pour l’instant » déplore Bruno Ventura. Soutenu par le Ministère de la Culture et le Ministère de la Santé du Sénégal, par l’Institut français, TV5 monde, le festival revient au total à 25 000euros (16 435 750Fcfa). L’évènement peut également compter sur le soutien de nombreux partenaires tels que la Fondation Total, Canal+, AutoRent, VibeRadio,… L’année prochaine, Afrikabok fêtera ses dix ans d’existence. Pour l’occasion un programme spécial sera concocté avec notamment trois concerts prévus, la distribution de cadeaux à la population,… « Nous espérons faire un festival encore plus beau !….mais pour cela nous avons besoin de soutiens, nous comptons sur nos partenaires pour faire de cette fête un évènement vraiment à part » rappelle cet infatigable passionné.

 

Programme à titre indicatif

· SOKONE (ouverture officielle), vendredi 3 novembre

· Toubacouta, samedi 4 novembre

· Karang, dimanche 5 novembre

Repos le lundi 6 novembre

· Djilor, mardi 7

· Keur Dabo, mercredi 8

Repos le jeudi 9 novembre

· Kawone, vendredi 10

· Keur Madiabel, samedi 11

Repos dimanche 12

· Tataguine, lundi 13

· Palmarin, Mardi 14

· île de Niodior, mercredi 15 avec un concert d’Ali Beta

Retour sur Dakar jeudi 16 novembre

· Pikine (Eunic) Moussa Touré, vendredi 17 novembre

· Fimela, clôture samedi 18 novembre

Facebook

Afrikabok

 

http://www.festival-afrikabok.com/

https://www.jamaafunding.com/projets/festival-itinerant-de-cinema-afrikabok/details

Laisser un commentaire