Accueil ARTS ET CULTURE Biennale 2016 : Rencontre avec Beau Graff, de l’art du crayon à...

Biennale 2016 : Rencontre avec Beau Graff, de l’art du crayon à la bombe

179
0
Partagez

Spécial Biennale – A l’occasion de l’exposition du RBS Crew à l’Espace Agora, Beau Graff, l’un des graffeurs du “crew”, nous a invité chez lui à Petit Mbao en banlieue de Dakar pour nous faire découvrir ses oeuvres. 

Beau Graff
Beau Graff devant l’un de ses graffs à Petit Mbao – Photo PB

Beau Graff a rejoint le RBS Crew lors de sa création en mai 2012, alors qu’il graffait déjà depuis quelques années, initié par un de ses amis d’enfance. Ce jeune Sénégalais de 29 ans a toujours été passionné par le dessin :

“Au fil du temps, j’ai trouvé dans le graffiti un moyen de m’exprimer, de dire ce que j’avais sur le coeur. Aujourd’hui, le graffiti, c’est ma vie”,

dessin beau graffnous explique-t-il tout en dessinant un portrait au crayon gris. Car Beau Graff n’est pas uniquement un graffeur talentueux, il est aussi un portraitiste doué. Armé de son crayon gris, il reproduit des visages avec une précision déconcertante.

Le graff, une vocation spirituelle et sociale 

Aujourd’hui, Beau Graff continue de s’exprimer avec sa famille, le RBS Crew, un collectif de jeunes artistes graffeurs engagés. Car le graff, ce n’est pas juste des tags sur des murs, c’est un art de rue et surtout un mouvement, un engagement. “C’est aussi spirituel et social“, nous explique Beau Graff. A l’image du festival Graff et Santé organisé par Doxandem Squad, qui utilise le graff pour faire de la prévention sanitaire via l’organisation de dons du sang, de consultations médicales gratuites. Le graff est aussi utilisé pour faire passer des messages aux populations : “il ne faut pas uriner sur les murs” ou “ne pas jeter les ordures dans la rue pour éviter la transmission de maladies“, ajoute Beau Graff.

Depuis 5 ans, le graff a pris une place énorme dans le paysage urbain sénégalais. “C’est notre génération qui a développé ça ici. Maintenant, on travaille même avec des organisations qui nous sollicitent comme l’ONU ou l’UNHR (L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés)”. 

8 oeuvres collectives à l’Espace Agora

Une des 8 oeuvres du RBS Crew - Photo PB
Une des 8 oeuvres du RBS Crew – Photo PB

Si vous souhaitez découvrir le travail du RBS Crew, rendez-vousà l’Espace Agora jusqu’au 3 juin, où sont exposées 8 oeuvres spécialement conçues pour l’exposition, avec un thème propre à chacune d’elles : le panafricanisme, le hip-hop knowledge, la rue, la technomania, l’attaya, freestyle, spiritualité, et roots.

Laisser un commentaire